MARQUE FRANÇAISE - EXPERTE DES BUREAUX ASSIS DEBOUT

Panier

0

Votre panier est vide

Découvrez nos produits

Le bureau assis debout, une histoire qui tient debout

Le bureau assis debout, une histoire qui tient debout

Hier utilisé par Da Vinci, aujourd’hui l’apanage des grandes entreprises du numérique, le bureau assis debout (standing desk) fait de plus en plus parler de lui. S’il n’est pas un phénomène nouveau, il est cependant aujourd’hui bien plus connu du grand public, notamment aux Etats-Unis. Retraçons ensemble l’histoire du bureau assis debout et découvrez les bienfaits associés à son utilisation.

Le bureau assis debout, une nouvelle mode ? Vraiment pas !

On pourrait y voir une énième tendance éphémère venue d’Outre-Atlantique ; et pourtant ! Le bureau assis debout cohabite avec nos sociétés humaines depuis maintenant plusieurs centaines d’années.

Il est certes difficile d’en donner l’origine précise, mais on la situe dans les années 1400. Le peintre Da Vinci utilisait un chevalet debout pour peindre Mona Lisa et il s’installait à son bureau assis debout pour dessiner ses inventions les plus visionnaires, comme la fameuse hélice volante.

Les figures les plus populaires remontent cependant à la fin du 16ème siècle, aux Etats-Unis. Au sein du Comité des Cinq, les Pères Fondateurs Thomas Jefferson et Benjamin Franklin utilisent tous deux des bureaux assis debout, notamment pour travailler sur la Déclaration d’Indépendance de 1776. Pour l’anecdote, Benjamin Franklin a même des bureaux assis debout nommés en son honneur aujourd’hui !

Les hommes de lettres et les personnages politiques illustres utilisant le bureau assis debout se succèdent à travers les époques. Les écrivains Charles Dickens et Ernest Hemingway en sont de grands fervents, de même que Winston Churchill.

De nos jours, les grandes entreprises se saisissent pleinement du bureau assis debout. Dans ses bureaux de Palo Alto, en Californie, Facebook revendique plus de 350 standing desks. Il existe également des programmes similaires dans d’autres sociétés, comme Google, Boeing, HP, etc.

La lente démocratisation du bureau assis debout

Malgré son histoire centenaire, le standing desk ne se diffuse pas largement dans la société. Il connaît un gain de popularité au cours du 18ème et du 19ème siècle, mais il est alors surtout utilisé par une élite. La raison principale en est bien sûr l’investissement conséquent qu’il représente.

Aujourd’hui, cependant, le bureau assis debout profite d’une plus grande accessibilité. Plusieurs facteurs l’expliquent :

  •       L’accroissement du travail sédentaire : les métiers de services sont progressivement devenus majoritaires, et ils impliquent davantage une position assise en comparaison des métiers de l’industrie et de l’agriculture. Aux Etats-Unis, par exemple, le travail sédentaire a augmenté de plus de 80% depuis les années 1950 ;
  •       La prise en compte des méfaits liés à la position assise : dans ce contexte d’apogée des métiers du tertiaire, la recherche scientifique s’est concentrée sur les effets néfastes de la sédentarité. De multiples études ont ainsi démontré qu’elle est associée à un taux de mortalité plus élevé et influe négativement sur l’humeur ;
  •       Les prix plus attractifs : on l’a vu, la tarification élevée était une cause directe de la lente diffusion du bureau assis debout dans la société. Aujourd’hui, il existe des standing desks en toutes gammes, avec différentes options, afin de correspondre aux budgets de chacun. On trouve donc des modèles à plus de 1000 euros, mais aussi d’autres à la tarification plus intéressante et au meilleur rapport qualité-prix. C’est par exemple le cas du bureau assis debout électrique Dynamic 140, à 389,99€.
  •       La participation des employeurs : de plus en plus, ceux-ci accompagnent leurs employés dans le déploiement de standing desks. En 2014, 20% des employeurs américains proposaient de financer ou de mettre à disposition un bureau assis debout : il était 60 % en 2019. Un pourcentage certainement encore plus important depuis la crise du covid-19 et le recours massif au télétravail.

Ce dernier point est particulièrement intéressant, car il démontre que le bureau assis debout est un bon investissement à la fois pour l’employé et l’employeur.

Les bienfaits du bureau assis debout : un choix gagnant-gagnant pour l’employé et l’entreprise

Les bienfaits du bureau assis debout en termes de santé et d’humeur sont autant de bonnes raisons de choisir un bureau assis debout.

Puisqu’il impose une position debout, le standing desk permet d’être continuellement en mouvement. Cela se ressent d’ailleurs sur la balance : à raison de 3h de position debout par jour, un bureau assis debout permet de brûler 750 calories en moyenne. Il booste le système immunitaire et le protège donc plus efficacement contre des pathologies typiquement associées à la sédentarité, comme le diabète. Le bureau assis debout lutte également contre le mal du dos, nommé à raison « mal du siècle » tant il est prépondérant. Il agit positivement, enfin, sur la santé mentale, réduisant la somnolence et améliorant l’humeur.

Pour un employeur, évidemment, un employé en bonne santé est préférable, d’abord pour son bien-être, ensuite pour les performances de l’entreprise. Puisque les collaborateurs sont en meilleure santé, ils sont moins susceptibles de poser des congés pour maladie. En plus, le bureau assis debout entraîne un gain de productivité : une étude menée sur 167 employés d’un centre d’appel au Texas (Etats-Unis) a démontré que ceux utilisant un bureau assis debout sont plus efficaces. Durant le premier mois, ils avaient ainsi 23% d’appels réussis en plus : un chiffre qui monte à 53% à l’issue des 6 mois de l’étude.

On le comprend : le bureau assis debout présente de multiples vertus, tant pour le travailleur que pour son employeur. L’adoption est massive aux Etats-Unis et le bureau assis debout est même une obligation légale dans les pays nordiques, dans une certaine mesure. Il peine toutefois à progresser dans l’Hexagone.  

La France en retard pour le bureau assis debout, mais plus pour longtemps ?

Le fait que nous manquons de données relatives à sa diffusion sur le sol français témoigne bien de la lenteur du processus. Pour autant, les Français commencent à adopter le bureau assis debout, et de nouvelles entreprises proposent, à leur tour, leurs propres gammes de standing desk.

Retrouvez nos modèles à 1 ou 2 moteurs, ou des manuels, dans toutes dimensions et toujours avec un design inspiré.

Articles similaire